LA BASILIQUE DE CLÉRY-SAINT-ANDRÉ, UN CHEF-D’ŒUVRE DU GOTHIQUE FLAMBOYANT…


MISE EN TOURISME DE LA BASILIQUE NOTRE-DAME DE CLÉRY

L’Office de Tourisme des Terres du Val de Loire, avec le soutien financier de l’Union Européenne, vous accompagne dans la découverte de la Basilique Notre-Dame de Cléry. Des éléments d’aide à la visite : un film, des dépliants et des pupitres vont être mis en place pour valoriser l’histoire et l’architecture de la Basilique et vous offrir une visite de qualité.


Photo ©V. Bauza

Vous ne pouvez pas séjourner dans le Loiret sans vous arrêter à Notre-Dame de Cléry ! C’est, sans hésitation, une étape incontournable de la découverte du patrimoine des Terres du Val de Loire.

Confortablement installée sur le chemin qui relie Orléans et Chambord, notre belle Dame, chef-d’œuvre du gothique flamboyant, domine, de ses quelques 38 mètres de haut, l’agréable vallée du Val d’Ardoux.

Mais laissez-nous vous conter l’étonnante histoire d’une humble chapelle qui devint une prestigieuse Basilique…

Son histoire remonte au 13e siècle, lorsque des laboureurs découvrirent, en 1280, une statue de la Vierge dans un champ de Cléry… On s’empresse alors d’installer le précieux objet dans une petite chapelle. Très rapidement, le bruit se répand et de nombreux pèlerins affluent, de toutes parts, pour lui rendre hommage et se recueillir devant Marie, investie de pouvoirs miraculeux…

Gravure de Notre Dame de Cléry

Devant l’ampleur du phénomène, le Roi Philippe Le Bel, lui-même, décide d’entreprendre une construction d’église plus ambitieuse. La première pierre fut posée en 1339…

Mais la Guerre de Cent Ans plonge la région dans la tourmente… les Anglais n’auront aucune pitié pour la collégiale de Cléry et ne laisseront, pour seul témoin, que la tour du clocher.

Dès lors, le personnage qui jouera un rôle primordial dans la reconstruction de l’édifice, est le Seigneur de Beaugency, Jean de Dunois, le célèbre bâtard d’Orléans et compagnon d’armes de Jeanne d’Arc.

Dès 1444, il en initie la réédification et choisit même de commander une chapelle funéraire dans laquelle il sera inhumé aux côtés de son épouse.

Vitrail Comte de Dunois Vitrail Jeanne d'Arc
Photos ©OT des Terres du Val de Loire

Il ne faut pas oublier que le destin de la Basilique est indissociable de celui du roi Louis XI… Multipliant les donations et très dévoué à Notre-Dame, il la proclame “Chapelle Royale” en 1467 et la choisit comme lieu de sépulture.

Il y repose depuis 1483. Ce sera le premier Roi de France à ne pas être inhumé, auprès de ses prédécesseurs, à la Basilique de Saint-Denis, au nord de Paris…

La vie d’une église n’est pas un long fleuve tranquille… son embellissement se poursuit au début du 16e siècle mais, malheureusement, elle est de nouveau saccagée, une première fois, lors des guerres de religion, puis, de nouveau, durant la Révolution.

escalier de la Basilique Notre Dame
Photo ©G. Maresse

Une campagne de restauration de la collégiale sera entreprise tout au long du 19e siècle et affirmera son intérêt architectural et patrimonial. Classée “Monument Historique” en 1840, elle obtient du Pape Léon XIII le titre honorifique de Basilique (édifice religieux accueillant un pèlerinage) en 1894.

Située sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, la belle Dame accueille toujours de nombreux pèlerins, plus de 500 ans plus tard…


〉 ÉVÉNEMENTS À NE PAS MANQUER 

Le grand pèlerinage qui a lieu tous les ans, le 8 septembre, pour célébrer la naissance de la Vierge Marie

Le Festival Marial, fin septembre